Comment gérer l’équilibre des pouvoirs dans un couple? – Problèmes de couple

G%C3%A9rer le rapport de force dans un couple

Généralement défini comme une relation de conflit entre plusieurs parties, opposées à leurs pouvoirs, l’équilibre des pouvoirs est présent dans de nombreux cas de la société.

Dans les relations entre pays, dans celles entre partis politiques ou même dans la question de la place de chacun.

Mais comment ce concept global se retrouve-t-il dans votre relation?

Les conflits dans la relation amoureuse, mais aussi les manipulations qui peuvent s’exercer là sont les symboles.

Face à cela, la gestion de l’équilibre des pouvoirs au sein du couple est essentielle.

L’équilibre des pouvoirs dans un couple devient dangereux dès qu’il conduit à un conflit permanent.

Les partenaires ne peuvent plus construire la relation ensemble, trop occupés pour s’attaquer.

Cette relation de pouvoir implique généralement une relation dominante-dominée.

L’un des deux impose sa volonté à l’autre. Alors que son compagnon accepte cette influence.

Malheureusement, ces relations créent des relations inégales entre les deux partenaires. Le ressentiment peut prendre, et avec lui, la distance.

Si de nombreux couples réunissent des personnes aux caractères parfois opposés, un équilibre doit exister entre les deux.

Plus simplement, le dominant ne doit pas toujours être le même dans le couple.

Pour lutter contre l’équilibre des pouvoirs et éviter le divorce, les partenaires doivent analyser l’origine.

Pour cela, la communication est essentielle. Un dialogue honnête avec l’autre aide à désamorcer les situations de conflit.

Il faut aussi pouvoir accepter l’autre tel qu’il (ou elle) est. Un rapport de force cache parfois certains doutes par rapport à soi-même.

Surmonter ces questions vous permet de commencer sur une base solide dans la relation.

Quel rapport de force?

La relation de pouvoir au sein du couple peut prendre plusieurs formes.

Pour en sortir, vous devez d’abord comprendre ses origines et ses résultats.

Sans elle, elle continuera de se manifester sous de nouvelles formes.

Le partenaire dominant du couple cherche généralement à compenser une situation qu’il juge défavorable.

Le sien veulent contrôler l’autre peut démontrer un manque de confiance en soi, ce qui le pousse à être constamment en conflit avec l’autre.

Dans sa forme la plus simple, l’équilibre des pouvoirs s’exprime principalement autour des «corvées» du couple.

Ce sont souvent les tâches ou les tâches ingrates qui composent la vie quotidienne et que l’on peut essayer de se référer à l’autre.

Mais dans son expression la plus extrême, le dominant contrôle le quotidien de l’autre et parvient à imposer son opinion sur des aspects qui dépassent même une simple relation de couple.

C’est sous cette forme qu’il est le plus dangereux et le plus destructeur.

C’est notamment le cas d’un partenaire jaloux et possessif qui limite les activités de l’autre.

Lorsqu’elle enferme l’autre et devient obsédée, la jalousie peut conduire à une séparation.

Il représente un forme d’oppression, le contrôle de l’autre.

Les partenaires ne sont pas égaux, l’un doit accepter l’influence de l’autre dans sa vie quotidienne.

Si les concessions sont normales et même souhaitées dans un couple, elles ne doivent pas se faire d’un côté.

Ils impliquent l’engagement de deux personnes.

Gérer l’équilibre des pouvoirs au sein du couple est donc nécessaire pour garantir le développement de chacun dans la relation. Pour cela, un travail introspectif est nécessaire pour comprendre les origines de ce besoin de contrôler l’autre.

Dynamique à dominante dominante

Parfois, c’est l’équilibre des pouvoirs entre hommes et femmes qui s’exprime dans les crises de couple.

Il n’y a pas si longtemps, les femmes ne travaillaient pas.

Leur influence dans la sphère familiale était également limitée.

Mais l’avènement de l’autorité parentale conjointe et leur implication sur le lieu de travail ont changé les choses.

Les rôles des femmes et des hommes, à l’intérieur et à l’extérieur, ne sont plus les mêmes.

De ce flou artistique naissent des tensions, entre images traditionnelles et vie pratique.

« Il / elle me contredit tout le temps, pourquoi? »

De nombreux couples expliquent ainsi la relation de pouvoir qui existe en eux.

Une différence de salaire importante ou une plus grande réussite professionnelle pour leurs épouses poussent certains hommes à relation de puissance constante.

Ils veulent à travers ce conflit démontrer que malgré cela, ils sont dominants dans la relation.

Cela peut aussi être une question d’éducation. Les relations de pouvoir au sein du couple reproduisent parfois celles observées chez leurs parents.

Plus généralement, le dominant exprime généralement un manque de confiance en soi par cette attitude.

Alors que les dominés ont souvent peur d’être abandonnés.

C’est pour cette raison qu’il préfère accepter le contrôle de l’autre.

Si des attitudes complémentaires sont parfois bénéfiques dans un couple, la relation de pouvoir est moindre.

Au fil du temps, cela crée des tensions entre les deux partenaires. Si vous êtes constamment en conflit, vous voyez l’autre comme un ennemi plutôt que comme un partenaire. Gérer l’équilibre des pouvoirs au sein du couple est nécessaire pour sortir de ce cercle vicieux.

C’est parfois le seul moyen de sauver un couple. Et si les partenaires ne parviennent pas à sortir de cette dynamique, ils peuvent vivre une séparation parfois permanente.

La gestion de la relation de pouvoir dans le couple se fait simultanément à l’exploration de ses origines.

En réfléchissant aux raisons de ces conflits, les partenaires peuventétablir une meilleure communication.

Mais c’est elle qui sera le facteur décisif dans la gestion de cette situation.

Il est essentiel d’apprendre à gérer l’argument en couple à travers le dialogue. Sinon, le risque est de tomber dans des arguments répétés.

Le dominant cherche à faire passer ses besoins en premier.

Mais il ou elle doit accepter que son partenaire a d’autres besoins.

C’est dans cette négociation entre les deux que le couple peut avancer et progresser.

Les deux partenaires doivent s’écouter et essayer de satisfaire les besoins de l’autre.

Attention, inverser l’équilibre des pouvoirs ne signifie pas constamment s’opposer aux décisions de l’autre.

Vous risquez de tomber dans un cercle sans fin d’arguments.

Ce serait donc combattre le feu par le feu. Répondre à l’autre et s’y opposer crée encore plus de tension. C’est la formation du couple qui s’est alors effilochée.

Gérer la relation de pouvoir au sein du couple implique d’être en collaboration. L’autre n’est pas votre concurrent, mais votre partenaire.

Pour continuer à avancer avec deux, vous devez créer un relation d’égal à égal.

Sachez exprimer vos besoins, mais aussi respectez ceux de l’autre.

Il faut donc faire des concessions, dans les deux sens.

Une relation inégale s’établit précisément si l’un des deux concède systématiquement devant l’autre.

Pour éviter une telle situation, vous devez être réceptif aux besoins de l’autre.

C’est le seul moyen de reconstruire un couple après un problème de rapport de force.

Les peurs et les doutes contribuent à l’équilibre des pouvoirs. Le contrôle est considéré comme un moyen de combattre l’inconnu.

Mais accepter l’incertain est une étape essentielle dans toute relation.

C’est ainsi que les partenaires peuvent s’apprécier tels qu’ils sont.

Ils sortent des images idéalisées et acceptent les défauts de l’autre. Ils concèdent certaines choses, pour grandir ensemble.

Sortir de l’équilibre des pouvoirs: et ensuite?

« Mon couple ne va pas bien, nous sommes constamment en conflit ».

Dans une telle situation, vous vous demandez peut-être comment sortir de la relation de pouvoir dans le couple.

La première étape est donc de prendre conscience de cette relation et de sa cause.

C’est loin d’être une étape facile. Pour de nombreux couples, voir un psychologue ou un expert en relations peut vous aider à voir plus clairement.

Comprendre l’équilibre des pouvoirs implique donc une questionnement profond les attitudes de chacun.

C’est pourquoi ce n’est pas toujours possible. Certaines personnes ont du mal avec cela.

Reconstruire votre confiance en soi demande beaucoup de patience et de soutien constant.

Parfois, c’est une forme de dépendance émotionnelle qui crée cet équilibre des pouvoirs.

Pour en sortir, il est important que les deux partenaires parviennent à s’épanouir en dehors de la relation.

Mais changer la dynamique d’un couple peut créer de la distance entre les deux partenaires.

Cela n’est possible que lorsque les deux montrent un véritable engagement dans la relation.

Tant que des sentiments profonds les animent, il est toujours possible de transformer la vie d’un couple ensemble.

Gérer la relation de pouvoir au sein du couple nécessite parfois de poser des questions plus profondes.

En particulier sur les rôles des hommes et des femmes dans la société.

En effet, dans certains cas, l’équilibre des pouvoirs existant est l’expression d’une certaine vision sur ce point.

Face à une différence de réalité, les partenaires campent sur leur position. Ils refusent d’accepter la situation telle qu’elle est.

L’embauche d’un thérapeute peut alors être bénéfique. L’intérêt du couple est qu’il s’agit d’une sorte de refuge pour les partenaires.

Il est donc possible de s’y épanouir en évitant les pressions extérieures.

L’équilibre des pouvoirs: inhérent à toute relation

Pour certains spécialistes, une relation de pouvoir existe toujours dans une relation. La question est alors de savoir comment ils s’organisent.

Chaque personne a ses forces et ses faiblesses. Il est donc normal que certains aspects de la vie commune soient gérés par l’un plutôt que par l’autre.

En ce sens, l’équilibre des pouvoirs cherche avant tout à faciliter la vie quotidienne des deux partenaires.

Cependant, il devient oppressif dès qu’il limite systématiquement la capacité de décision de l’un des deux.

Pour vivre en harmonie, les deux partenaires du couple doivent pouvoir accepter la décision de l’autre.

Si des rôles peuvent être définis dans certains domaines, l’opinion de l’autre doit être entendue et respectée.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*